ROUE LIBRE DE DÉMARREUR

Par Seb, toutes photos numérotées et cliquables.

L'ami Seb de Reims qui hante le forum nous a envoyé cet article très bien documenté et rédigé. On sent le vécu là !

Lorsqu'au démarrage vous avez un bruit bizarre, du genre, pignons qui se chevauchent ou que vous avez l'impression que tout cela va passer à travers du carter, pas de panique, arrêtez tout, retirez le clef et mettez une affiche "HORS SERVICE". C'est que votre roue libre de démarrage est HS.

La maladie sur notre moto, surtout pour ceux qui font de petits trajets avec de nombreux redémarrages, ceci ayant pour effet de décharger la batterie, sans qu'elle puisse se recharger suffisamment pour le prochain coup de démarreur.

Mon VMAX est un modèle 93, mis en circulation en 95 (?!) ayant 46000 km, donc l'avantage, c'est d'avoir un allumage digital à un seul capteur, au lieu des 4 capteurs analogiques (pas le top).
NDLR : ils sont tous comme çà depuis.

J'ai eu un modèle 87 sur lequel ce problème est survenu à 40 000 km, donc y a pas d'année en particulier.

Dans un premier temps, il faut débrancher la batterie et la charger éventuellement, ça ne lui fera pas de mal pour redémarrer la bête avec sa nouvelle roue libre.

Débrancher les connecteurs du régulateur et du capteur d'allumage.

Il faut vidanger l'huile moteur, bien que cela puisse se faire sans, vous récupérez ainsi environ 1L quand vous démonterez le carter (solution de rapidité).

Démontez le sélecteur de vitesses en repérant sa position sur l'axe cannelé.

Vous voilà face au carter, seul, prêt pour démonter et voir la bête.

Une fois toutes les vis enlevées (elles sont identiques, même longueur), décoller le carter en tapotant dessus, en général vous êtes bon pour un joint (que je vous conseille d'acheter avant de démonter).

photo 34Tout en retirant le carter attiré par le magnétisme du rotor, prendre garde à ne pas perdre les douilles de centrage ainsi que les pignons de démarrage qui ont tendance à venir avec le carter.

Déposer le carter avec son stator à l'intérieur tout en retirant délicatement les câbles qui vont vous gêner.
Attention, ils sont pris dans un "passe câble" qui se trouve juste derrière le carter de sortie de boite, donc ne pas tirer comme pour arracher une dent !! (photo 34).

Bien regarder l'emplacement des pignons et leur sens (surtout les deux qui sont sur le même axe), bon y'a pas vraiment de problème pour remonter, mais parfois y'a des doutes qui s'installent.

photo 33Une fois le carter enlevé, voici ce que vous trouvez (photo 33) :
le rotor (le gros truc qui brille) et la cascade de pignons de démarrage (la roue libre étant derrière le rotor).

Afin de ne pas détériorer quoi que ce soit, il faut enlever tous les pignons ainsi que leur axes (sauf celui du démarreur qui n'est pas prêt de venir...).

Une fois démonté vous devez avoir le rotor seul devant vous.

 

photo 20Il est fixé sur la queue de vilebrequin (conique) par la vis centrale avec son fil de fer de forme bizarre (visible photo 20).

 

 

 

 

photo 26Cette vis se démonte avec une clef de 32 qui tient le rotor et une de 19 pour dévisser celle ci (photo 26).

Remarquez au passage la belle clef dynamométrique achetée pour l'occasion, on y reviendra.

Pour ceux qui ont des pare-carters, moi j'ai réussi à coincer ma clef dedans, permettant ainsi de mettre les deux mains sur la clef dynamo.

 

photo 17Une fois démontée, c'est là que tout commence (la galère pour ma part). Il faut extraire le rotor de l'axe à l'aide d'un outil que l'on peut se faire (avec un peu de matériel, photo 17) ou bien voir avec son concessionnaire pour le prêt de l'outil YAM (sous caution en général).

Dans la RTM il y a les cotes de fabrication, pour ma part, j'ai coupé les tiges filetées plus longues que les vis préconisées.

 

 

photo 21Afin de ne pas endommager le bout du vilebrequin, il est préférable de mettre une vis assez courte, dans celui-ci, dont la tête sera en appui sur le bout et non sur le rotor en même temps (photo 21).

Positionner l'outil avec ses trois points d'ancrage prévus dans le rotor (attention à ne pas forcer en arrivant en limite de serrage, la roue libre étant derrière, c'est elle qui sert de butée en quelque sorte (photos 23 et 25).

photo 23 photo 25

Une fois tout ceci approché, il faut mettre la vis centrale en appui sur la vis de protection et serrer énergiquement (j'ai foiré deux filets et cassé l'outil tellement c'était collé).

Une fois le tout bien serré, taper sur la tête de vis pour décoller le rotor (plusieurs fois si nécessaire), mais pas trop fort quand même. Si c'est votre jour, il tombe en 2 minutes. Sinon comme moi, une journée à chauffer, essayer un autre arrache, du dégrippant, du produit de réaction par le froid, bref la misère...

D'ailleurs si vous êtes amené à faire çà, ne pas trop chauffer l'extérieur du rotor car des aimants incurvés sont collés à l'intérieur et la colle se liquéfie. De même, ne pas taper sur l'extérieur pour le décoller, car les aimants peuvent se fissurer. Donc chauffer uniquement le moyeu du rotor.

Une fois cette étape passée, voici ce que donne le rotor, vu de devant et de derrière en même temps (mais comment il a fait???? trop fort...) (photo 10).

photo 10photo 11

On remarque le pignon fou denté et on distingue un peu la roue libre juste derrière.
Lorsque l'on enlève le pignon fou, faire attention à ne pas perdre les galets, ressorts, et rondelle de calage de la roue (photo 11).

Afin de gagner du temps et de l'argent, je vous conseille de remplacer tout l'ensemble, à savoir pignon fou et roue libre complète. Ceci évitera peut être de redémonter dans 15000 km.

Pour démonter la roue libre, dévisser les trois BTR. On obtient ceci en pièces détachées (photo 12).
Le rotor d'un côté, les galets, les poussoirs et la roue bien usée malgré tout (photo 13).
Sur le rotor on peut voir des traces de frottements des galets que j'ai poncé légèrement (photo 15).

photo 12 photo 13 photo 15

Les 4 trous usinés sur le bord doivent probablement servir pour l'équilibrage de la pièce, vu son poids et l'inertie qu'elle procure.

Une fois votre nouvelle roue achetée, bien la revisser sans oublier la rondelle de centrage, avec du frein filet (moi je n'avais que du faible, on verra bien...). La RTM préconise de serrer à 2.4 DaN, mais ma clef va de 2.9 à 21 mkg, donc je l'ai fait à la main, en serrant bien quand même (pourvu que ça tienne...).

Remonter le tout sur le vilebrequin, en faisant attention à ce que la clavette demi-lune soit toujours là, lubrifier un peu, remettre la vis avec son fil de fer bizarre et serrer le tout à 13 mkg, c'est là que la clef dynamométrique achetée 20 euros chez bricotruc est bien utile. Parceque mine de rien, 13 mkg, ça fait pas mal comme serrage.
Pour ceux qui n'ont pas de clef comme ça, il y a une autre solution. Vous prenez une barre d'un mètre et vous lui collez 13 kg au bout (oui je sais c'est vraiment du bricolage...).

Bien faire attention à ce que les ergots du déflecteur d'huile soient bien à l'équerre, car en tapant dessus vous en avez peut être écrasé un. De toute façon, il faut faire tourner le vilebrequin pour voir si les cames d'allumage passent bien dessous sans toucher. Ne vous étonnez pas d'entendre un "pschitt" quand vous tournez, c'est la compression.

Vérifiez que le pignon fou coulisse vers la roue libre et tourne uniquement dans un sens (horaire).

Vous pouvez remettre les pignons de cascade en commencant par ceux en contact avec le démarreur (à gauche), le petit ayant un épaulement doit être vers vous (photo27). NDLR : j'lai pas !

Ensuite, insérez d'abord l'axe du pignon intermédiaire et le pignon en deuxième afin de pouvoir le caler dans les dents du pignon fou tout en faisant tourner ce dernier (photo 30). NDLR : j'lai pas non plus !

A noter que le pignon fou coulisse un peu sur l'intermédiaire et en conséquence il y a un décalage (en largeur) sur la portée des dents (ça m'a travaillé, car je n'avais pas fait attention au démontage).

Une fois les pignons remontés, reposer les douilles de centrage à gauche et à droite du plan de joint (que vous aurez bien nettoyé avec une lame de cutter par exemple) et posez le joint.

Alors là deux possibilités :

Lors du remontage du carter, faire attention aux fils car il faut les repasser dans le "passe-fils" avant, de plus il faut légèrement mettre le carter de biais, sinon les fils gênent sur le carter de boite lors de l'emboitement.
Dès que vous êtes bien en face, recontrôlez que le joint est bien positionné et plaquez délicatement le carter.Si ça coince, vérifiez que vous n'avez pas un fil qui est entre les deux.

Remettez les vis, rebranchez les connecteurs, la batterie. N'oubliez pas de remettre de l'huile, vous remonterez le sélecteur quand vous serez sûr que ça tourne bien (au cas où, c'est toujours ça de gagné).

Voilà, votre roue libre est changée, mais il faut aussi voir si votre batterie charge correctement.
A savoir que vous pouvez cramer votre faisceau si vous insistez avec une roue libre fatiguée, de même qu'une batterie faible sollicite plus la roue pour démarrer (démarrage plus long).

Pour le prix des pièces, je crois que c'est 53 euros le pignon fou, 136 la roue libre chez YAM et moins de 11 euros le joint (plus 20 euros de clef dynamométrique).

Pour ceux qui n'ont pas suivi sur le forum, j'ai voulu monter une roue que j'avais récupérée, pensant qu'elle était bonne visuellement, et bien j'ai bousillé un joint pour rien car elle était HS et tournait carrément dans le vide quand je démarrais (symptôme que je ne connaissais pas). Donc au risque de me répéter, changez tout.

Soyez sûr de votre batterie avant de démonter. Une roue libre qui claque avec une batterie faible, c'est normal. Il arrive que le système n'enclenche pas correctement au départ. Relâchez aussitôt le démarreur et recommencez. En tout cas, bravo Seb !

Si vous aussi faites une opération intéressante sur votre Vmax, faites comme Seb, prenez des photos bien cadrées, sans élément qui ne sert à rien en arrière plan et sur une moto propre, et envoyez nous, on publie.